Assurance perte d'emploi, utilité et avantages

L'assurance perte d’emploi est une garantie qui permet de pallier à un manque de fonds temporaire de l’assuré en cas de perte de son emploi. Plus de détails dans cette page.

Le contexte actuel de crise économique et sociale n'incite pas les investissements et les rares personnes qui s'engagent pour l'acquisition d'un bien immobilier ne se lancent pas à la légère et veulent avoir des garanties. Ainsi, l'option perte emploi permet de compenser la perte ou la baisse des gains financiers, elle est proposée de manière systématique par les organismes de crédit bien qu'elle ne soit pas obligatoire, en association avec l'assurance invalidité, qui elle, est obligatoire. Pour l'organisme de crédit, ces mesures sont des garanties contre une éventuelle défaillance de l'emprunteur. C'est une option intéressante les conditions de souscription sont très restrictives.

La souscription à une assurance avec l'option perte d'emploi est souvent un risque pour l'emprunteur. En effet, prendre cette garantie est très onéreuse. Le futur acquéreur peut très bien envisager d'épargner lui-même pour se prémunir de la crise. Dans ce cas, si aucun sinistre ne survient, il pourra utiliser son épargne pour d'autres projets. C'est pourquoi avant de souscrire à une option perte emploi, il est nécessaire d'évaluer tous les avantages qu'on peut retirer de ce contrat.

Assurance perte emploi, les conditions à remplir

En général, le contractant doit être un travailleur engagé en CDI ou dans le cadre de tout type de contrat similaire. Par ailleurs, il doit disposer d'une ancienneté avérée dans son emploi actuel. L’ancienneté requise varie en général de 6 mois à 1 an. La précarité de l'emploi entre en ligne de compte : les intérimaires, les employés en période d'essai ou en chômage partiel ne peuvent pas souscrire à ce type d'assurance et il en est de même pour les personnes ayant déposé un préavis ou étant en pré-retraite. Mais il existe d'autres types de produits d'assurance adaptés aux travailleurs ayant des contrats à durée déterminée (CDD) ou étant en période d'essai de CDI, avec pour cible les jeunes diplômés. De plus, le souscripteur doit cotiser régulièrement au Pole-Emploi, l’entité résultant de la fusion de l'ANPE et l'Unedic.

Les critères à prendre en compte pour choisir son option perte emploi

Si dans leurs formes les conditions diffèrent peu d'un organisme d'assurance à un autre, il faut accorder de l’importance à certains points. Il faut choisir un contrat avec un délai de carence minimal. Le délai de carence étant la période qui suit la signature du contrat au cours de laquelle la garantie n'est pas effective. Autrement dit, si la perte de l'emploi intervient pendant ce délai, l'assuré ne sera pas indemnisé. Il faudra aussi veiller à avoir le minimum de délai de franchise. Il s'agit du nombre de jours non indemnisés après la perte de l’emploi. Il existe des contrats avec des délais de franchise allant jusqu'à 180 jours. De plus, certains types de contrat ne couvrent pas la totalité de l'échéance mais seulement une partie. L'indemnisation en cas de perte de l'emploi est aussi limitée dans le temps, la durée la plus courte étant de 18 mois. Certains contrats possèdent une clause de plafonnement de l'indemnité, l’assuré ne pourra pas toucher un montant supérieur à ce plafond. Il faut aussi que l'évènement qui génère le remboursement soit clairement stipulé dans le contrat, ainsi le souscripteur connaîtra exactement la date à partir de laquelle il pourra bénéficier de son indemnisation.

Option perte d’emploi, avantages et limites

Les chômeurs qui désirent percevoir leur indemnisation doivent remplir les conditions pour toucher l’ARE ou allocation d’aide au retour à l’emploi. Il faut faire attention car il y a souvent une clause qui limite le versement d'indemnisation aux personnes qui ne dépassent pas un certain âge qui est souvent de 55 ans. Ensuite les départs volontaires ou les licenciements pour faute professionnelle grave ne donnent pas droit aux remboursements. De plus, l'assuré ne peut pas percevoir une somme supérieure à son revenu net mensuel pour le cumul de ses indemnités de chômage et le remboursement de l’assurance. Il faut savoir que l'assureur se réserve le droit de revoir le montant de la prime durant la période de prêt. Souvent les contrats d'assurance proposent un service d'aide pour le retour à l'emploi, l'assuré peut bénéficier d'entretiens spécialisés, d'un bilan de compétences ou de formations. Certaines clauses permettent aussi à l'assuré d'aménager le mode de remboursement. Par exemple, il peut reporter les échéances à la fin de la période de chômage. Evidemment, lorsque l'assuré retrouve un emploi, l'assureur cesse de lui verser les indemnités. Le souscripteur ne pourra pas prétendre à une nouvelle indemnisation de chômage avant d’avoir travaillé plusieurs. Parfois, le contrat comporte une clause qui permet à l'employé qui n'a pas fait jouer l'option perte d'emploi durant toute la période de remboursement de son prêt, c'est-à-dire qui n'a bénéficié d’indemnités, de prétendre à une partie des primes versées d’un montant pouvant aller jusqu'à la moitié des sommes versées. Du point de vue fiscalité, le montant de l'assurance est déductible d'impôts et par ce fait, il est frappé par l'impôt sur le revenu.

Un autre type d'assurance perte emploi

Les assurances perte emploi peuvent être classées en deux grandes catégories. Il y a la garantie contre la perte d'un emploi qui est souscrite en même temps que le prêt. Il permet de couvrir à la fois l'assuré et le service de prêt. C'est une garantie qui a pour objet de pallier à un manque de fonds ponctuel qui ne permet pas à l'assuré de s'acquitter de ses mensualités. C'est le type d'assurance perte emploi le plus répandu. Un autre type d’assurance emploi ne nécessite pourtant pas de contracter un prêt. Il s'agit de la garantie souscrite par les entreprises pour le compte de ses dirigeants. Ce sont des cotisations qui permettent aux salariés de toucher leur salaire, partiellement ou en totalité, durant un an une fois le délai de franchise passé.


Comparer mon assurance vous propose des formules d’assurance adaptées à vos besoins et attentes.

Assurance santé : une assurance santé complémentaire a pour objet de prendre en charge tout ou partie de vos dépenses de santé qui ne sont pas couvertes par votre assurance maladie obligatoire. Aidez vous de notre comparateur santé et des avis clients pour faire votre choix.

Assurance maladie : l’assurance maladie repose sur 3 principes fondamentaux qui sont l’égalité aux soins, la qualité des soins et la solidarité. Sur comparer mon assurance nous vous proposons de l’information et des conseils sous forme de dossiers vous permettant de nourrir vos connaissances et de vous aider dans vos démarches.

Assurance vie : l’assurance vie permet de se constituer ou de faire fructifier un capital mais aussi de transformer son capital en rente viagère, ce qui est de toute part très intéressant. Avec notre comparateur trouvez votre formule d’assurance vie.

Assurance obsèques : il s’agit d’un contrat qui permet au souscripteur d’organiser et de financer ses propres obsèques en évitant tout souci de gérance à ses proches. Nous vous proposons de protéger l’avenir de ceux que vous aimez avec les garanties frais d’obsèques.

Assurance habitation : l’assurance habitation assure votre logement contre les risques de la vie quotidienne, de vous protéger contre le vol, des dégâts des eaux et tout autre dommage collatéral en gardant le meilleur rapport qualité prix.

Assurance auto : les besoins en assurance auto ne sont pas les mêmes pour tous, c’est pourquoi il n’y a pas une mais plusieurs bonnes assurances auto. Evaluez à l’aide de notre comparatif auto le prestataire qui vous ressemble.

Comparer mon assurance, vous propose de recevoir gratuitement un devis en assurance basé sur une demande précise et construite ! Alors n’attendez plus, et rappelez vous que comparer et s’informer c’est le meilleur moyen de payer son assurance moins chère à des prix défiant toute concurrence !